Publication

Le nouveau bien-être des marques

Jean-Marc LEHU

Nombre de marques ne ressentent plus la sensation de bien-être comme « au bon vieux temps », aux dires de leurs managers ! Ces derniers n’ont jamais eu autant de difficulté à comprendre clients, consommateurs et shoppers. L’environnement concurrentiel est devenu plus hostile, plus stressant. La créativité, hier encore salvatrice, semble désormais insuffisante. Générer de la valeur ajoutée adossée à un indispensable R.O.I. paraît impossible au vu de contraintes toujours plus nombreuses… Bref, le bien-être n’est plus qu’un songe furtif empreint de douce nostalgie, qu’il n’est plus permis de s’autoriser dans le petit monde éveillé devenu triste du marketing des marques !
Et si tout ce déclinisme, constat déprimant et simpliste d’une vision aussi morose que réductrice d’un bien-être disparu, ne tenait d’abord et avant tout qu’au fait que la marque n’est plus perçue comme… sacrée !? Parce que certains stratèges auraient fauté ? Kevin Roberts avait mis en garde ces mêmes marques sur les « vrais » propriétaires des love brands : leurs clients. Message non reçu. Nombre d’entre elles ont oublié leur rôle consumériste sociétal, négligé leurs atouts marketing stratégiques, ignoré l’interlocuteur métamorphe permanent qu’est devenu le consommateur.
Elles ne sont désormais plus des sacred brands à ses yeux. Baissant leur garde par inadvertance et/ou par négligence, ces marques ont été, consciemment ou non, les méticuleuses architectes involontaires de leur bien-être disparu.

Publication type: 
Scientific Article
Date de parution: 
01/2015
Support: 
La Revue des Marques