Publication

Le Sandjak de Novi Pazar. Un foyer de tensions en Europe du Sud-Est

Jean-Arnault DERENS

La formation du Sandjak de Novi Pazar doit beaucoup à une histoire relativement récente. Un sandjak était une circonscription administrative de l’Empire ottoman. Celui de Novi Pazar a acquis sa physionomie particulière après le Congrès de Berlin (1878), quand cette bande de terre devait séparer, pour le compte de l’Empire, la Serbie et le Monténégro indépendants. Aujourd’hui, environ 300 000 des 500 000 habitants du Sandjak sont des Slaves musulmans, qui se disent de plus en plus souvent . La région n’est pourtant plus une entité administrative, et elle est même partagée entre les Républiques de Serbie et du Monténégro. Touchant la Bosnie-et-Herzégovine à l’Ouest et le Kosovo à l’Est, le Sandjak est un carrefour majeur de la région pour différents trafics de drogue et d’êtres humains, sur fond de pauvreté et de sous-développement, et de marginalisation par rapport à Belgrade et à Podgorica. Le Sandjak est par ailleurs travaillé par les nationalismes et les intégrismes, musulman ou orthodoxe. Est-il condamné à l’isolement ? Peut-il, au contraire, retrouver de manière positive sa vocation de point de rencontre ? Il concentre toutes les contradictions et maux de la région, mais son développement économique et démocratique sera une des clés de la stabilisation durable des Balkans.

Publication type: 
Scientific Article
Date de parution: 
01/2006
Support: 
Le courrier des Pays de l'Est